SI L’ANSE

SI L’ANSE

Il n’y a plus rien à faire
La porte est gardée
Par un farouche cerbère
Prêt à tout dévorer

Je rendrais bientôt
Ce qui m’a été offert
Autant se défaire
De ce qui n’est pas mérité

Cette offrande qui m’est si chère
Perturbe mes pensées
Et je n’ai de cesse
D’envie de pleurer

Les humains sont ainsi fait
Parlez leurs avec sincérité
Ils trouveront cela suspect
Jusqu’à s’en moquer

Oh combien êtes-vous prisonniers
Sur vos chemins dorés
Affublés d’œillères
Pour tout ignorer

C’est si facile à faire
Il suffit d’oublier
« Oublier et se taire
Se taire ou crier »

De ce nouveau désert
Il faudra s’en contenter
Inutile d’en faire une guerre
Quand on prône la Paix


Amour, Joie et Paix
Jo-Ailes
14/06/2019

Publicités

MATERNELLE

MATERNELLE

Être mère,

C’est rassurer quand elle-même est effrayée,

C’est protéger quand elle-même est en danger,

C’est soutenir quand elle-même est effondrée,

C’est s’effacer pour offrir les envies

C’est s’éloigner pour offrir l’autonomie

C’est se retirer pour offrir la vie

C’est conseiller en laissant le choix

C’est aider pour soutenir la voie

C’est être présente si ça ne marche pas

C’est respecter pour honorer les désirs

C’est s’enjouer pour le moindre rire

C’est s’armer pour protéger du pire

C’est entendre, écouter et comprendre

C’est veiller tout en laissant apprendre

C’est donner sans jamais reprendre

C’est s’éteindre la lumière revenue

C’est sécher lorsqu’il a plu

C’est étreindre au moment voulu

C’est aimer toutes les connexions

C’est aimer à en demander pardon

C’est aimer, c’est là la condition

Amour, Joie et Paix

Jo-Ailes

13/06/2019

Sous les venir

Sous les venir

Alors que l’oubli s’étend

De tant d’envergure

L’inconscient se répand

Au fur et à mesure

il y a un temps

où l’envie de choisir

Indiffère complètement

Vivre ou mourir

Reste alors ce blanc

Celui à combler

Car en attendant

Il faut bien s’occuper

Il a beau courir

Il s’en fiche bien

Il faut ralentir

Détourner les chemins

Mémoire sélective

Des liens apparaissent

Mémoires fictives

Réelles ou traîtresses

Et puis, dans ce rame-dame

Relier des images et des sons

Dans un coin de l’âme

Entrevoir des écrits et des noms

Une espèce de lien

Bon à retenir

Qui c’est certain

Inscrira l’avenir

Amour, Joie et Paix

Jo-Ailes

12/06/2019

2019 05 - La jumelle
Une inconnue familière

L’EPOQUE 2019/26: « UN MOINEAU DANS LE POING. »

A quatre mains, deux pour l’écriture et deux pour la peinture et une joie sans mesure

Niala-Loisobleu

Voici UN MOINEAU DANS LE POING  le vingt-sixième de cette nouvelle Epoque 2019 avec Barbara Auzou.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

P1050862

Un Moineau dans le poing

Niala/ 2019

Acrylique s/toile 46×38

Depuis longtemps déjà

nous avions convenu de bâtir

un monde clair sur la beauté du geste

et dans notre lit aux draps défaits

s’étirait tiède la tendresse

du lin et du chaume réunis

que l’arche parfaite de nos jambes

avait bâtie

Tu avais des globes blancs dans tes mains lestes

J’avais un moineau dans mon poing sans adresse

et ce fut bonheur que de remettre la vie d’aplomb

de creuser le nid à petits coups de talons

à grands coups de reins

On a dévêtu la nuit

On a revêtu les matins

L’usage des robes n’était plus de mise au jardin

Et parce qu’il est des lieux où s’accomplit d’emblée

Voir l’article original 27 mots de plus

L’EPOQUE 2019/25: « PRENDRE JOUR ».

J’aime à tout deux, magie des êtres, puissance de vos âmes soeur, j’admire et me tais.
Aux actes d’Amour, je vous embrasse de coeur et d’esprit, ainsi que votre univers. Merci, merci,merci.

Niala-Loisobleu

Voici  PRENDRE JOUR  le vingt-cinquième de cette nouvelle Epoque 2019 avec Barbara Auzou.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

P1050857 (1)

Prendre Jour / Niala 2019

Acrylique sur toile.

46×38

À genoux sans nul apprêt

 face à la fragilité de tout

 face à la part d’insaisissable

 et au grondement lourd

 des choses dans le temps,

 sans nulle feinte

nous aurons laissé

inviolé le sanctuaire des craintes.

 Tu disais : que vaut la vie

 sinon l’étreinte du corps choisi

 et sa plainte sans âge

dans la bouche du savoir?

Le coeur pourtant élevé trop haut

 un soir a failli

battu au lavoir

 d’un printemps sévère

 pour revenir à la nage

 et dans l’haleine marine

 d’une fleur testamentaire

 allant vers toujours plus d’eau

allant vers toujours plus d’amour.

 Au bec de…

Voir l’article original 20 mots de plus

Co-Naissance

Co-naissance

Le seul lieu que je connaisse
C’est partout à la fois
Ce partout qui ne cesse
De montrer la voie

La seule envie que je connaisse
C’est de partager sa joie
Ce partage de liesse
Pour rire à tout va

La seule valeur que je connaisse
C’est le respect des choix
Ce respect, je le confesse
S’avère dur parfois

La seule musique que je connaisse
C’est la mélodie d’où qu’elle soit
Cette mélodie qui se fait caresse
Et qui laisse en émoi

La seul foi que je connaisse
C’est l’Amour pour seule loi
De l’Amour sans cesse
Quelque soit l’endroit

Amour, Joie et Paix
Jo-Ailes
28/05/2019

 

61234744_5188013_52955456

BASSE-COUR

BASSE-COUR

Des gilets jaunes par sécurité

Par les politiques imposés

Pour se protéger des dangers

Devenus cibles à éradiquer

Il n’y a plus de moutons

Mais des poussins à foison

Encerclés par des poulets

Qui eux sont castrés

Qui obéissent à un coq vaniteux

De poules accompagné

Et qui font d’eux

De la chair à pâté

Ces même poulets

Jaloux de la liberté

Des poussins choisissant

De refuser le même traitement

Alors, dans ce poulailler,

Des renards viendront manger

Le coq et ses poules en premier,

Appétissants à souhait, festin assuré

Puis viendra le tour

Des poulets de basse-cour

Délaisseront les poussins

Poursuivre leur destin

Alors tous ces poussins

Redeviendront humains

Les renards apprivoisés

Rentrerons rassasiés

Et toutes ces entités

Se mettrons à créer

Tous seront enfin libres

C’est écrit dans les livres.

Amour, Joie et Paix

Jo-Ailes

18/05/2019

images

Les Gens

LES GENS

J’aime ce mot « GENS »,
Oui, tous, les JEAN, les PIERRE, les PAUL, les JACQUES, les MALIKA, les FARID, les INGA, les ABOU, les KALI, Et CAETERA (ah, mince, non, c’est pas un prénom ça)

Bref, savez-vous pourquoi ?
(euhh.. si vous voulez pas savoir, vous arrêtez là parce que je le dirais quand même !)

Sérieusement, ce mot est fantastique

Il n’a pas de masculin, pas de féminin,
pas de singulier, c’est ça particularité

Il est au pluriel

Il représente une entité,
un ensemble, une vérité
Il harmonise les humains du monde
En fait une ronde
Autour de la terre,
Explose les frontières.

Véritable défi, au profit,
A la suffisance, au mépris,
A la possession, à l’obsession,
Au« quand dira t-on », aux sales cons

Pourquoi dit-on les petites gens
Et pourquoi pas les grandes gens
Parce que les grands, dans leur tête
Oublient bien vite notre planète

Je fais parti des gens,
Et à tous les gens,
Je souhaite amour et sincérité
Joie et paix

Jo-Ailes

-des-gens-

Hurlement

HURLEMENT

Enfermés dans un corps rouillé
Enfermés dans une cage dorée
Un matelas pour se reposer
Une gamelle, trois fois par jour donné

Pourquoi nous avoir abandonnés
Nous, on avait rien demandé
Nous, on voulait juste un foyer

Piquez-moi, comme la SPA
Piquez-moi, comme un chien ou un chat
Piquez moi, à cela réduit
Piquez-moi, à une bête de compagnie

Dans ce monde, trop frelaté
Où les humains sont tous des objets
Où l’on prône la normalité
Qu’en est-il en réalité
Quand certains cherchent leurs ennuis
A ceux là on donne des appuis
Quand tant n’ont de mal cherchés
Victimes, sont abandonnés

Piquez-moi, comme la SPA
Piquez moi, comme un chien ou un chat
Piquez moi, à cela réduit
Piquez-moi, à une bête de compagnie

Permettez que l’on vous offre
L’amitié et de vous être proche
Heureux lorsque vous rentrerez
Puisque partis travailler
Et d’un regard sur vous déposer
Toute la tendresse, la sincérité
Sur vos genoux,tête posée
Une caresse, un sourire, un baiser

Piquez-moi,comme la SPA
Piquez moi, comme un chien ou un chat
Piquez-moi, à cela réduit
Piquez-moi, à une bête de compagnie

Nous ne voulons, qu’un compagnon
un maître d’une certaine façon
Qui saurait accepter notre présence
Qui saurait réduise la souffrance
De nous, s’occuperait
Nourris, blanchis, logés
Faute de ne pouvoir assumer
Ces gestes qui font exister

Piquez-moi, comme la SPA
Piquez moi,comme un chien ou un chat
Piquez moi, à cela réduit
Piquez-moi, à une bête de compagnie

Et quand le moment arrivé
Chez le véto nous emmènerez
Pour enfin pouvoir aspirer
A une paix bien mérité
Tendrement nous regarderez
sur nos joues vos mains posées
un bisou sur le front déposé
Pour tout l’amour délivré

Piquez-moi,comme la SPA
Piquez moi, comme un chien ou un chat
Piquez-moi, à cela réduit
Piquez-moi, à une bête de compagnie

A-t’on vraiment envie de vivre cela
Pour ma part, je ne sais pas,
Rebelle en toute circonstance,
Qui voudrait d’un animal qui pense
Combien y en a t’il qui ont pensé cela,
privés de parole ou tout simplement las
Incapable de faire quoi que ce soit
Pour être compris, rien qu’une fois

Piquez-moi,comme la SPA
Piquez moi, comme un chien ou un chat
Piquez-moi, à cela réduit
Piquez-moi, à une bête de compagnie

Alors à tous ceux qui le peuvent encore
Hurler bien haut et bien fort
Par leur voix, leur écrit, leur art
Que de l’amour, il en faut de toute part
Communiquer avec ce qu’il reste
Communiquer même sans un geste
Montrer combien les pensées
de bonheur sont simples à réaliser

Respectez-moi, hors la SPA
Respectez-moi, plus que les chiens et les chats
Respectez-moi, je ne fais que dormir et manger
Respectez moi, qui veut m’adopter ?

Amour, Joie et Paix

Jo-Ailes

13/11/2013

 

VIE

VIE

Quand le corps faillit
Quand l’esprit faibli
Quand la programmation
N’a plus de dimension
Mais qu’il reste la seule partie viable
Celle qui fait amende honorable
Celle qui fait que quoiqu’il arrive
Demeure et ravive
La partie qui contient le coeur
Celle qui conserve les valeurs
D’autre l’appelleront l’âme
Même les psy à ce niveau rament
En attendant, elle reprend le dessus
Sur tout ce qui peut être perdu
Temporairement ou indéfiniment
Elle, elle ressent
Cette partie pas si infime que ça
Cette partie que l’on ne connaît pas
Que l’on découvre au plus profond de soi
Celle qui ne se lamente pas
Elle fait ressortir toutes les sensations
Elle fait ressortir toutes les émotions
Enfouie tellement loin
Qu’il faut un coup du destin
Pour prendre conscience qu’elle existe
Et que le mieux à faire est de suivre sa piste
Car elle est belle,elle représente l’Amour
Pas celui que l’on entend tous les jours
Non, celui qui nous fait prendre conscience
De ce qu’est l’existence
Celui qui va au principal
Sans chercher le banal
Sans se reclure au soi-disant bien fondé
Qui gangrène toute société
Elle parle, écrit, peint, sculpte, chante
Et non,elle n’est pas lente
Quelque fois plus rapide encore
Que le reste peut rester au port
Alors qu’elle, est partie déjà
Dur,quelquefois, de suivre son pas
Mais une fois rattrapée
A son pas, son pas rester
Alors viens la liberté
La liberté de vraiment s’exprimer
Au delà des apparences
Au delà des dépendances
Et j’ajouterais en l’occurrence
Au delà des compétences

"Instants tannés" - 2 - (2019)
« Instants tannés » – 2- Crayon à papier – Format A5 22/01/2019

Amour, Joie et Paix
Jo-Ailes